AILLEURS, C’EST NULLE PART.


-

.........Quand on n’est ni misanthrope, ni à la recherche d’un désert véritable pour y méditer, où rencontrer des hommes dans leur culture originelle sans interférence aucune ?

         Dans une époque pas si lointaine, les cartographes avaient choisi de représenter les espaces vierges par l’usage de taches blanches sur les planisphères et les globes de couleurs. Si tenté qu’il en subsiste encore, les avions ont depuis longtemps violé leur portion de ciel.

         Nous sommes de plus en plus souvent logés à la même enseigne, celle de la banalité. De la case africaine à la yourte mongole, de la kaïma  bédouine à l’igloo inuite, impossible d’échapper aux écrans ou aux transistors. Nous n’allons pas vers le monde mais c’est lui qui vient à nous.

         Cependant, pour une majorité de gens, le pays des autres reste insituable.

         Dans de nombreux domaines, pour ne pas dire la totalité,
y compris aux États-Unis, la géographie et l’histoire sont à ranger au rayon des connaissances inutiles.

         En d’autres lieux, les résultats comptables concernant la mort n’y ont pas la même résonnance que chez nous.

         3.388 personnes ont perdus la vie sur les routes de France en 2014.          Que pèsent-ils au regard des décès générés par les pandémies, les guerres, les famines endémiques ?

         L’humanité se répartit en deux groupes dont un minoritaire qui accapare les richesses et les technologies, et le reste qui survit dans un autre rapport au temps et aux moyens de subsistance. Ces deux composantes ne se perçoivent que sous formes de conflits dont les puissances économiques tirent toujours profits.

         Plus personne n’est assuré d’être à l’abri des incidences néfastes et nous devons apprendre à vivre dans l’insécurité.

         On s’y fera vite car l’homme est un spécimen réputé pour ses facultés d’adaptation et qui en a vu d’autres.

         La planète s’apparente bien souvent à « La Nef des Fous »
                                                                                          
             

                                                                              P.SELOS
.................................................................Paris, le 29 Janvier 2015

        Liste des Textes