À CHACUN SES SOLEILS


-

S’il fallut que j’eus craint,
Je n’aurais rien écrit.
J’aurais chanté les fleurs
Et les petits z’oiseaux.
Et mon ami le peintre
Aurait fait des photos.
Je serais devenu
Un chanteur adulé ;
De ceux qui se refusent
À descendre de scène
Et qui font leurs adieux
Pendant plusieurs années,
Au risque de manquer
De respect au public
À coup de voix cassée
Et de trous de mémoire.

Quoi de plus pathétique
Qu’un artiste déchu !
Certains n’ont pas le choix,
Réduits à la misère
S’ils ne continuent pas.

Le monde est ainsi fait
Qu’un temps il vous consomme.
Vous n’êtes qu’un objet
Qui passe et rien de plus.
C’est pourquoi il vaut mieux
Ne pas planer trop haut.
Souvenons-nous d’Icare !
À chacun ses soleils,
Mêmes si nos sunlights
Étaient artificiels.

                               P.SELOS
                 Paris, le 16 Janvier 2014

        Liste des Textes