CARTE DE VISITE


L’être humain, aujourd’hui, n’est plus d’aucune espèce.
Il n’est plus défini par son appartenance
A sa propre nature. Il n’est qu’une fonction.

Au hasard du destin, quand les gens se présentent,
Ils ne commencent pas par leur identité 
Mais c’est leur profession qu’en premier ils déclinent.

Ils n’omettent jamais leur statut hiérarchique
Pour impressionner l’autre, s’ils ont quelque pouvoir.
La rencontre a souvent des relents de combat.

Moi, je ne sais jamais comment me définir.
Je m’appartiens d’abord et j’ai tant de passions
Qu’en mettre une en exergue en trahirait une autre.

Prendre le temps de vivre est une histoire ancienne
Depuis que le bonheur se dit : « time is money »
Les gens se croiseront sans jamais se connaître.

Les naufragés du cœur et de la solitude
Qui venaient s’échouer sur les comptoirs en zinc
Sont partis retrouver les espaces virtuels.

Plus de poignée de main, plus de regard complice ;
Plus que les écrans plats d’un monde aseptisé.
Où l’amour est cherché comme on trouve une occase.

Cette vie parallèle pourtant n’a pas prévu
De ses protagonistes sans viscère et sans âme
Leur mort, inexorable, inhérente au programme.

                                                                   

............................................................P.SELOS
   ...........................................       Paris,  Juillet 2013



        Liste des Textes