COMME DES PAONS.


-

Comme des paons, ils font la roue,
Prenant à d’autres les idées
Et le talent dont ils se parent,
Gens de médias et gens de plume,
Gens du paraître !

Rien de nouveau sous le soleil :
Piller les œuvres sans vergogne
N’est pas un fait exceptionnel.
Sur les épaules des géants
Se hissent des minus habens.

Profitant de la pénurie
D’une pensée qui se fait rare
Ils la font leur et s’accaparent
Du génie qu’ils n’auront jamais
Mais le font croire.

Ils auraient tort de se gêner,
L’ignorance de l’auditoire
Et du lectorat sans culture
Les accréditent philosophes,
Chacun sa gloire !

Les cols à manger de la tarte,
Les habits noirs de clergyman,
Leurs certitudes doctorales
Font que nul ne remet en doute
Ce qu’ils affirment.

Et voici qu’ils ouvrent boutique
Qui leur tient lieu d’Académie.
Les disciples ne manquent pas
À ces maîtres de pacotille
La bonne affaire !

Il y a tant d’êtres perdus
Qui recherchent des certitudes
Que le moindre escroc fait fortune
Sur la misère existentielle
De ce présent.

J’aimerais bien savoir pourquoi
Les esprits qui n’en sont pas dupes
Gardent un silence complice
Au sujet de ces parasites
Libres d’agir ?

Est-ce par solidarité
Ou par crainte de la rumeur
Qui les traiterait de censeur
En invoquant l’intolérance
Qui a bon dos ?

Il faut savoir manier la scie
Et couper les branches malades
Si l’on veut pouvoir sauver l’arbre
Pour le temps qu’il lui reste à vivre
D’autres printemps.

Le microcosme parisien
Prompte à statufier des idoles
Aura tôt fait de replonger
Ces marionnettes éphémères
Aux oubliettes.

Sic transit gloria mundi ! 
 
                          P.SELOS
           Paris, le 1er Février 2014


        Liste des Textes