UN MATIN


-

 

C’était un matin comme tous les matins,
Quand le printemps est de retour ;
Le petit garçon assis dans le jardin
Sourit dans les reflets du jour.
Il est si petit, son monde s’arrête
Aux arbres que l’on voit là-bas.
De beaux cerfs-volants dansent dans sa tête
Sur les îles Amakusa.

C’était un matin comme tous les matins,
Comme on en voit depuis toujours,
Le petit garçon effeuille avec soin
Des fleurs, comme font les amours.
Il est si petit que tout l’émerveille :
Les trains, les chevaux de bois,
Le chant des oiseaux, le vol des abeilles
Et la force de son papa.

C’était un matin comme tous les matins,
Quand le bonheur est sans détour.
Le petit garçon veut battre des mains,
C’est amusant des gens qui courent.
Il est si petit qu’il ne comprend pas
Pourquoi le soleil est si gris
Et pourquoi maman ne l’appelle pas
Avant que tombe la pluie.

C’était un matin comme tous les matins,
Mais pourquoi le temps est si lourd ?
Le petit garçon sent la peur qui vient
Il voudrait crier « au secours ».
Il est si petit qu’en mourant dans l’herbe
Personne n’a pensé à lui.
Des torrents de feu en roulant se perdent
Dans le ciel de Nagasaki.

 

                                                                  P. SELOS

        Liste des Textes