DIVORCER



         L’institution du mariage a la vie dure. Conjointement, on a jamais assisté à autant de divorces.

         La tendance est, parait-il, à la séparation par consentement mutuel.

         En fait, la réalité est toute autre. Après y avoir réfléchit, les couples se ravisent et font appel aux instances de conciliation. Pourquoi ?

         En premier lieu apparaissent les risques de litiges financiers :
         - Clauses affairant au régime du contrat : Communauté ou séparation.
         - Lègue au dernier vivant.
         - Usufruit.
         - Formule de garde des enfants.
         - Placements
         - Reprise ou liquidation de société.

         Une évidence s’impose : la discrimination des parties en cas de fortunes inégales quand on prend en considération le niveau des salaires,
celui des femmes étant d’au moins un quart inférieur au revenu mensuel des hommes.

         Que vaut la plaidoirie d’un avocat commis d’office comparée à celle d’un ténor du barreau sur les plateaux de la balance de la justice ?

         Bref, divorcer n’est pas une mince affaire ;

         J’en connais qui se sont mariés  deux fois devant le même maire, lequel en a conclus qu’il ne voulait plus les revoir.

         Miel alors !
                                                                               P.SELOS
                                                                    Paris, le 16 Juin 2016

        Liste des Textes