DONALD TRUMP


-

         On peut avoir l’air plus crétin que le clown de chez Macdonald’s et plaire aux américains comme candidat à la présidence des Etats-Unis. Tous ses discours sont des provocations permanentes, même envers son électorat. Pourquoi se gênerait-il quand les hispanos et les coloreds qu’il méprise lui apportent des voix ?

         Le racisme latent ne l’a pas attendu pour s’exprimer dans les faits. L’impunité policière fait le quotidien des journaux.

         Le ku klux klan se refait une santé. Le rêve de Trump, c’est d’en revenir à la ségrégation. D’ailleurs, il ne s’en cache pas. Il va jusqu’à citer du Mussolini.

         Avortement, homosexualité, mariages libres, fécondation assistée subissent l’anathème des intégrismes de tous bords.

         L’Amérique blanche que l’élection d’Obama a littéralement sidéré tant elle lui paraissait impossible, attend sa vengeance avec impatience.

J’ose croire que Trump n’accèdera pas à la magistrature suprême, mais
le fait qu’il ai pu y prétendre reste un message inquiétant lancé à la face du monde. Les ex-États Confédérés n’ont jamais digéré leur défaite et bien que leur drapeau soit interdit par la constitution, il est hissé au moindre prétexte.

         Le Parti Démocrate se désole pour l’image que donne d’elle-même
une part de la population américaine.

         N’avons nous pas, en France aussi, nos extrémistes nostalgiques ?

         « Mais il y a peu de chances qu’on
         Détrône le roi des cons ».

                                                     G.Brassens

 

                                                                      P.SELOS
.......................................................... Paris, le 3 Mars 2016

        Liste des Textes