ÉDUQUER OU POURRIR.
-

 
 

-
 
 

.........N’en déplaise aux tenants d’une enfance innocente et rose bonbon, éduquer c’est tenter de faire d’un primate égocentrique quelqu’un d’ouvert au monde et généreux.

         Les parents  ont une toute autre conception de l’éducation. Au lieu de s’investir personnellement et de partager des expériences de vie avec l’enfant, y compris la réalité des conflits, ils préfèrent se défausser par un laxisme sans borne. Ne rien refuser à l’enfant roi, se rendre immédiatement à ses volontés, c’est l’empêcher d’acquérir, en ne différant pas la réalisation de ses désirs, une notion capitale, celle de l’existence du temps. Vouloir tout  et tout de suite des autres, être exaucé et les y soumettre, c’est contribuer à faire de l’enfant tyran, un tyran adulte.

         Surtout ne pas frustrer ! La vie plus tard s’en chargera. En attendant nous aurons fait notre devoir. Erreur !  Vos chérubins sont insatiables. Que vous apparteniez à une classe aisée ou à celle des pauvres, vous serez, pour des raisons opposées, accusés de pingrerie de la même façon.

         Rien ne définit mieux notre époque que le règne du MOI.
La précocité de l’instinct de possession s’observe dès la crèche ainsi que l’agressivité. Le plus terrible c’est qu’en agissant de la sorte, en l’absence total d’une référence autoritaire, vous installez l’enfant  dans une insécurité, cause d’une instabilité évidente. En d’autres temps, pour palier les carences familiales, il y avait L’École. Celle d’aujourd’hui n’est qu’une pétaudière.

         Cependant les classes dirigeantes disposent de couveuses dont les poussins goulus muteront vite en prédateurs. L’échec scolaire des autres conforte leur pouvoir. L’idéal  égalitaire est une vaste foutaise et bien qu’il m’en coûte, j’en suis revenu. Ce que je vois comme vous du monde ne m’incite guère à l’optimisme. Je paie la note de ceux qui ont trop de mémoire. J’envie l’insouciance des paysans qui vivent sur le flanc des volcans en raison de leurs terres fertiles.
      
         Qu’il me serait doux de n’être qu’un objet minéral mais c’est de l’ordre du non sens puisque je ne pourrais en avoir conscience.
Je ne fais plus confiance en l’homme. Je lui ressemble trop.


                                                                          P.SELOS
...................................................Paris,. Paris, septembre 2014

 

        Liste des Textes