EXSANGUES


-

Il n’est pas d’autre mot
Qui puisse convenir
À leur état physique
Et leur état mental.
Ils ont dû naître ainsi,
Vieillard avant le temps.

La vie qu’ils ont menée
Et qu’ils mènent encore
Ne les accable pas
Comme ces malchanceux
Sur qui le sort s’acharne
Et qui n’y peuvent rien.

Enfant, le regard neuf
Qu’ils posent sur le monde
N’a pas l’air habité
Du désir de connaître.
Ils donnent l’impression
D’avoir déjà tout vu.

En devenant adultes,
Ces humains taciturnes
Ne verront dans la rose
Que sa mort au jardin
Et porteurs d’idées noires,
Ils joueront les Cassandre.

Ils n’éprouvent jamais
De la mélancolie ;
Pour cela il faudrait
Qu’ils aient des souvenirs.
Ils sont par vocation
Fossoyeurs de l’espoir.

En n’ayant pas brûlé
Du feu du moindre amour
Dans l’âtre de leur cœur
Pas de braise et de cendre.
Un battement, peut-être ?,
Dans la statue de pierre …

                               P.SELOS
                  Paris, le 24 Mars 2014


        Liste des Textes