FÉVRIER EN JURA.


-

Quand les crêts enneigés,
Au coucher du soleil,
Deviennent le sorbet
D’un dessert à l’orange,
Je retombe en enfance.

Quand l’ombre peu à peu
Réinvestit les combes,
La poudreuse se glace
Et craque sous mes pas.
J’en brise le cristal.

La nuit sera propice
Aux fantasmagories.
Je suis prêt à tout croire
À l’abri du chalet
Façon boite à musique.

Demain je trainerai
Sous ma couette de plume
Différant le moment
De quitter la tiédeur
Pour m’habiller bien vite.

Je ferai pour la forme
Ma toilette de chat,
Repoussant pour le soir
Un bain réparateur
Après ma randonnée.

Avant de regagner
Les miasmes de la ville,
Je ferai une halte
Au sortir du village,
Une dernière fois.

J’irai à la scierie
M’imprégner les narines
Du parfum entêtant
Exhalant la résine
Et qui ne s’oublie pas.

Menteur comme je suis,
À mes petites nièces
Et mes petits neveux,
Je dirai que j’ai vu
Les nains de Blanche Neige.

Un poète a le droit
Et même le devoir
D’enchanter le réel
Pour rendre supportable
Parfois le quotidien.

C’est bien le seul pouvoir
Qu’il possède en ce monde
Mais pour combien de temps ?

                   P.SELOS
...... Paris, le 30 Janvier 2014

        Liste des Textes