IDENTITÉ


-

         Ayant eu la chance de ne pas être amnésique suite à un coma prolongé, j’ai toujours trouvé étrange qu’on puisse se poser la question concernant sa propre identité et qu’on en débatte.

         Qui suis-je ? À plus de soixante-quinze ans, il y a un bail que ça ne préoccupe plus mon esprit. Je vis en parfaite harmonie avec moi-même et n’ai donc nul besoin des services d’un arbitre.

         D’où viens-je ? Aux dernières nouvelles, d’un hominidé simiesque d’Afrique, découvert sur un site de l’Hadar éthiopien.

         Où vais-je ?  Rejoindre, via ma crémation, les sédiments terrestres.

         Il n’y aurait donc aucun destin post mortem ? Pas la moindre petite vie éternelle en prime ?

         Libre à vous d’y croire si ça peut vous rassurer.

         L’éternité, dans l’idéal, je la préfèrerais maintenant pour continuer à aimer, penser et créer.

         Je ne me suis jamais fait une image de l’homme comme étant supérieur et indispensable à la nature. L’humain est un avatar biologique accidentel. Il aura sa fin. Quand ? On s’en fout, rien ne presse.

         Notre espèce est opiniâtre. Elle s’adapte à des conditions dont elle est elle-même responsable.

         Embarqués sur une planète propice à diverses formes et conditions de vies dont les plus inimaginables peuplent les fosses abyssales. Nous avons cependant déjà le dessein d’une migration spatiale, après un saut de puce sur la lune.

         L’homme ? Quel drôle d’animal !

                                        

                                                                      P.SELOS
.......................................................... Paris, le 7 Février 2016

        Liste des Textes