INFLUENCER



-

         Qu’il y ait encore des penseurs, je n’en doute pas, mais qu’ils aient une quelconque influence sur notre la société, c’est exclus.

         L’acculturation générale a fait son œuvre. La contestation actuelle est viscéralement allergique à l’idée même d’en référer à un individu.

         Le collectif bat le paver ou squatte les lieux inattendus mais à forte connotation symbolique tels que sièges de partis, permanences politiques ou instances économiques. La proximité des deux ne fait plus aucun doute pour personne. Les principaux acteurs de la pièce qui se joue sont tous passés, outre les grandes écoles, par le monde de la banque, excepté de Gaulle, en son temps.

         Je n’en ferai pas la liste, ça serait fastidieux.

         Ceux qui sont encore en place sont déstabilisés. Leur formation ne les a pas préparés, jusqu’à maintenant, à l’affrontement avec des oppositions sans leaders incontestés, responsables et détenteurs d’un réel pouvoir, à part les syndicats à la représentabilité contestable.  

         La vieille tradition française des intellectuels impliqués est moribonde. Ils n’ont plus d’impacte sur les mouvements sociaux et quant ils y parviennent, comme en Espagne, ils sont incapables d’exercer le pouvoir, pour cause de naïveté. N’est pas Machiavel qui veut !

         « Indignez-vous ! » disait Stéphane Hessel, Encore faut-il que le seuil de tolérance soit atteint. Quand ?

         Ça n’a pas encore l’air d’être le cas.

 

                                                                         P.SELOS
...............................................................Paris, le 5 Juin 2016

        Liste des Textes