JE SUIS UN HÉRITIER


-

         Que je le veuille ou non, je suis un héritier  issu de greffes successives. L’état actuel des connaissances situe mon berceau en Afrique, ce qui doit fort déplaire à certains de mes semblables.

         Voilà qui règle la question des couleurs.

         Pour tous, une certitude : D’à même la terre à celle d’une couche végétale, d’un lit à baldaquin à celui d’une maternité, nous naissons tous par l’intermédiaire d’une femme, manipulations comprises.

         Comme je me plais à le dire, le titre nobiliaire n’est parfois dû qu’à une vertu facile perdu lors d’un caprice royal.

         Monsieur le duc n’est parfois qu’une descente de lit.

         L’avenir est incertain mais le passé ne l’est guère plus.

         De qui suis-je redevable ?

         Je songe à la fabuleuse aventure de cette chaîne humaine qui nous a précédés.

         D’après ma saga familiale, je tiens mon caractère rebelle d’une part d’un meunier du XIII siècle, allergique à l’impôt, condamné au gibet mais gracié car les magistrats mangent aussi, et de l’autre, d’un oncle du nom de Clément,  chantre et poète paysan, anarchiste de la fin du dix-neuvième et qui dénonçait la pingrerie des fermiers les jours de louées. Il était donc interdit dans certains départements du centre. L’ouvrier, à l’époque devait posséder un carnet de circulation.

         Je dois à ces deux là  mes lettres de noblesse.

 

                                                          P.SELOS
............................................... Paris, le 15 Août 2015

 

        Liste des Textes