LE CARILLON DE BRUGES





Par un jour de grand vent
A chavirer les tours
Ma tour à moi tenait
Comme depuis toujours
Et je restais debout
Comme un vieux capitaine
Mais il n'y avait pas
De vague sur ma plaine.

Il faisait la lumière
D'un temps d'après la pluie ;
La flaque du chemin
Brise un soleil qui luit.
Et les alignements
Qui bordent les canaux
De fuyants peupliers
Brillaient de perles d'eau.

Il m'arrivait parfois
Du côté de la mer
Un vent de goëmon
A déserter la terre,
A jeter ses sabots
Par dessus les moulins
Pour courir à Zeebruges
Et devenir marin.

Alors je suis parti,
J'ai fait le tour du monde,
Des paradis perdus
Aux ouragans qui grondent
Mais je suis revenu
Car je ne pouvais pas
Oublier les écluses,
La Flandre et ses Beffrois.

Et j'entendais
Le Carillon de Bruges
Monter dans le matin,

Et j'entendais
Le Carillon de Bruges ,
Au lointain.

                                                                      ..........................................P.SELOS

        Liste des Textes