LE GRAND HOMME


Résistant, revenu d’un des camps de la mort,
Corédacteur des droits de l’homme universels
Et de tous les combats acteur infatigable,
A quatre-vingt-quinze ans, dans un profond sommeil
Il a trouvé la paix.
Ne désespérant pas de notre humanité,
Une dernière fois, il a repris sa plume
Et son « Indignez-vous ! » est un acte de foi.
Mais les bons sentiments ne sont plus à la mode.
Ça fait bien trop ringard…
Son nom s’ajoutera à la liste de ceux
Qui souhaitaient, comme lui, transcender notre monde
Et le veilleur de nuit, dans notre Moyen Âge
Dira « Dormez en paix ! » à tous les braves gens
Qui ne l’ont jamais lu.
Cet être là était grand lecteur de poèmes,
Avec la poésie il trouvait le moyen
Tout comme à Jéricho, d’écrouler les murailles
Qu’on bâtit bien souvent sur un malentendu
Jamais remis en cause.
Vous me reprocherez d’être trop terre à terre,
De prendre au quotidien des sujets ordinaires,
Que ma muse est vulgaire et sans élévation,
Chacun a sa vision du rôle du poète
Je le vois en témoin.
Quant à juger ou non du beau de la matière,
C’est de ce qu’on en fait  qu’il importe surtout.
Le potier-céramiste a les mains dans la glaise
Et passant de son tour à l’alchimie du four,
Il en sort des émaux.


                                                    P.SELOS
                                              Paris, Mars 2013


        Liste des Textes