LES ABRUTIS

.........Des bouddhas de Bamian aux ruines de Nimroud, ils détruisent avant tout ce qui, aux yeux du monde et qui n’est pas le leur, représente un repère dans notre évolution. L’Histoire Universelle est coutumière du fait.

         Quand on ne comprend pas la signification d’éléments culturels de ceux que l’on combat, on leur dénie toute valeur humaine. C’est ainsi qu’il en fut, dans les deux Amériques, des indiens et c’est encore le cas en Amazonie.

         L‘humanité n’a jamais manqué d’abrutis. Cette qualité est la mieux répartie. Le sectarisme révolutionnaire a décapité les douze rois d’Israël qui ornaient le tympan de Notre Dame. Quand on coupe allégrement des têtes, quelle qu’en soit la méthode, on peut sans complexe, mutiler des statues.

         La pauvreté intellectuelle, renforcée par un manque de connaissance, conduit aux comportements les plus irrationnels.    Après les génocides ayant précédé les deux guerres mondiales, les Balkans n’ont pas été épargnés par les conflits aux motifs racistes et religieux. Même les cimetières ont été profanés.

         La sauvagerie des conquêtes coloniales, et leur maintien, ne manquent pas d’exemples d’atrocités commises, tous belligérants  confondus.

         Apprivoiser l’horreur jusqu’à l’accoutumance fait que les bourreaux se trouvent des justifications. L’obéissance absolue aux ordres d’une hiérarchie exonère les coupables et Dieu a bon dos. Dans certains cas l’invocation au « Miséricordieux » ne manque pas d’humour noir.

         L’amour du prochain n’aurait-il été toujours qu’une vue de l’esprit ?

 

                                                   P.SELOS
........................................ Paris, le 6 Mars 2015

        Liste des Textes