LES COMPÉTITIONS INTERNATIONALES DE FOOT ET DE RUGBY



_

         Entre la coupe d’Europe, celles du Monde et des Jeux  Olympiques, sans oublier les rencontres amicales, la composante nationaliste est omni présente. Elle est plus forte encore quand il s’agit d’une compétition à domicile. On ne peut plus parler de sport mais de confrontations belliqueuses.

         À croire que l’existence d’un pays dépend d’une victoire.

         La veille de ces matchs, il y règne une ambiance d’état de guerre.

         Les esprits s’échauffent.

         Avant, pendant et après, l’alcool coule à flot.

         Gagner ou perdre ne semble pas seulement concerner une équipe mais chaque citoyen.

         Plus qu’une question d’orgueil, c‘est la grand messe du machisme.

         Curieuse similitude phonétique, soit- dit en passant, avec le mot
match.

         La comparaison va plus loin car il n’est pas rare d’entendre l’expression : « on va leur montrer qu’on en a »

         Être battu, c’est les perdre. Les gonades sont alors un bien collectif.
Malheur à ceux rendus responsables de cette castration symbolique.

         Les espagnols ne s‘embarrassent d’allusions indirectes. Le mot « corones » appartient, sans équivoque, au langage du football.

         Serait-ce l’influence de la tauromachie où la tradition veut qu’on émascule les taureaux morts dans l’arène ?

        
                                                                     P.SELOS
.......................................................... Paris, le 5 Juin 2016

        Liste des Textes