LES DÉDAIGNEUX


-

                   Ayant souvent fréquenté, à l’étranger, les concerts de musique classique ou consacrés à des œuvres contemporaines, j’ai  pu constater la qualité d’écoute et le respect du public à l’égard des artistes qui s’y produisent.

         A contrario, la France est le pays du dédain et de la suffisance. Avouer son plaisir sans réserve c’est passer pour un naïf et non pour un initié. S’attarder après le bis et rejoindre les artistes spontanément n’est pas dans nos habitudes. Se rendre au spectacle a des allures de rituel social pour affirmer son appartenance à une pseudo élite.

         Hormis le traditionnel verre de l’amitié prévu par les organisateurs, le retour à la chambre d’hôtel ou la reprise de la route tient plus d’un mode expéditif que de l’expression d’une gratitude.

         Pour en avoir fait l’expérience, le nécessaire besoin de récupération physique et mental une fois effectué, on se retrouve très vite en état de solitude.

         À vivre les relations humaines via la virtualité informatique, on n’en oublie la réalité des êtres, espèce dont nous sommes.

 

....                                                                P.SELOS
.................................................... Paris, le 27 Septembre 2015

        Liste des Textes