LES MÉTAPHORIENS


-

                  Je viens de lire un texte écrit par La Secte des Métaphoriens ; Je n’y ai rien compris du tout. Ont-ils compris eux-mêmes ce qu’ils voulaient dire ? J’en doute.

         S’ils s’exprimaient directement, ils auraient l’obligation d’avoir des idées et, de ce fait, ils  ne pourraient plus passer pour de grands penseurs, serviteurs de l’hermétisme réservés à une élite.

         Dans la société du paraître, ou comme disait Guy Debord, celle du spectacle, la vie est un jeu.

         Shakespeare et Cervantès n’ont-ils pas mêlé la leur à celle de leur temps, en la maquillant à grands coups de rêves et d’uchronie ?

         Aucun vocabulaire n’est pédant s’il sert l’exactitude du propos.
L’Académie Française est complice d’une prétendue réforme de la langue et de son orthographie.

         Simplifier, c’est appauvrir.

         Une langue possède une saveur. Ça se mâche et ça s’assaisonne au gré des accents, y compris de ceux qui viennent s’enraciner chez nous.

         Il y a une différence notoire entre évolution et dégénérescence.

         Quant un peuple perd sa langue et sa culture, il disparaît.

         Ça ne sera pas la première fois qu’on porte en terre un idiome.
La France, à tel exemple, est un vaste cimetière.

         L’argent ayant pris depuis longtemps le pas sur l’intellect,
on préfère baragouiner en  globish english, ce qui donne du français affairiste l’image de sa médiocrité casanière et le fait passer pour le plouc qu’il est.

         Il y a encore un bel avenir pour les archéologues de la pensée.

 

                                                                             P.SELOS
.................................................................. Paris, le 6 Février 2016

        Liste des Textes