LES OISEAUX, CES ÉTERNELS MIGRANTS


Cliché pris par le photographe suédois Axel Hagstrom
-

         Comme ceux venus de tous les horizons de la misère du monde, ils ont, par contre, le privilège de franchir bien haut les murs et les frontières. Là s’arrête la différence.

         Pour le reste, on les accueille aussi à coups de fusil, aux saisons migratoires.

         Sur leurs bases provisoires des plans d’eau, les chasseurs les guettent depuis leurs huttes ou gabions en baie de Somme.

         En dépit des moratoires en période de reproduction, les braconniers célèbrent leurs offices des morts.

         Dans les palombières, bien cachés sous leurs filets, les tireurs héroïques fêtent, entre hommes, l’hécatombe des oiseaux.

         Les bouchons sautent, les plaisanteries salaces fusent et les plumes ensanglantées ouvrent les appétits.

         D’entre ceux du Sud-Ouest ou du Nord, lesquels tuent le plus ?

         Au nom de la parité, il se trouve aujourd’hui des femmes pour participer au massacre car, chez nos compagnes, la non-violence est une légende.

         N’avons-nous jamais chanté, nous aussi, cette innocente chansonnette : « Alouette, gentille alouette, je te plumerai » ?

 

                                                                       P.SELOS
........................................................... Paris, le 29 Mai 2016

        Liste des Textes