LES  PAYS IMAGINAIRES


-

                  Dans la classe sociale de mes parents, le diplôme qu’il fallait avant tout obtenir, c’était le « Certif », le Certificat de fin d’études Primaires, même si l’on était déjà rentré au lycée.

         Plus tard, il fut remplacé par un nouveau viatique : le Brevet des collèges ou BEPC. Bien que le taux de chômage fût loin d’atteindre celui d’aujourd’hui, il était nécessaire pour se présenter au concours et gagner le droit d’avoir un poste dans l’administration, en bas de l’échelle, tel qu’instituteur, employé des postes, contrôleur ou lampiste aux chemins de fer.

         L’école nous avait appris des notions pratiques telles que nous situer dans le temps, par l’enseignement chronologique de l’Histoire et à nous repérer dans notre espace par la lecture des plans et des cartes.

          Rares étaient ceux d’entre nous, à part les enfants de fonctionnaires ballottés au gré des mutations, à connaître plus que les paysages de notre département.

         Conséquences de nos envies de voyages inassouvies, nous inventions, entre copains, des mondes avec leurs fleuves, leurs lacs et leurs montagnes. C’était toujours des îles car nous voulions d’abord être chacun chez nous, quitte à nous faire la guerre car on se lasse de bâtir des villes, des ponts et des tunnels. Nous finissions par quadriller nos mers, mettant en pratique notre récent savoir sur les coordonnées, pour nous livrer d’homériques batailles navales.

         Qui dira le rôle de l’ennui dans l’origine des conflits ?

 

...............                                                             P.SELOS
............................................................... Paris, le 4 Octobre 2015

        Liste des Textes