LES POÈTES



Le Voyageur contemplant une mer de nuages, 1818,
Caspar David Friedrich

         Qui est en mesure d’en donner une définition ? Il doit y en avoir autant  que la sensibilité de chaque lecteur qui en découvre les œuvres.

         Il s’agit donc en premier lieu d’une rencontre. Heureuse ou non, c’est selon.

         La question ne se pose pas pour ceux qui sont déjà inscrits au catalogue du patrimoine culturel universel de la poésie. On ne découvre plus alors, on choisit.

         Mais les poètes ne sont plus seulement les metteurs en scène de notre âme. Ils influent aussi sur nos comportements quant ils prennent position, en fonction de leurs engagements dans la sphère sociale car ils ne sont pas obligatoirement condamnés à une neutralité esthétisante.
        
         Ils le paient parfois de leur vie ou de leur liberté. Les trois derniers siècles en témoignent. Tous les régimes s’en sont  rendus coupables mais l’écho de leur voix nous est tout de même parvenu.

         Ils ont fait vaciller des trônes au point de les mettre à terre et quand des musiciens s’emparent de leurs paroles, ils deviennent les drapeaux  d’une contestation contagieuse  dont ils marquent l’Histoire, à la vitesse d’une trainée de poudre.

         Alors, de la chanson populaire des pavés  aux loges des opéras, les peuples s’éveillent à leur conscience nationale. Tel fut le destin de « La Marseillaise ».

         De « La Muette de Portici » au théâtre de la Monnaie de Bruxelles à l’Aïda de Verdi à la Scala de Milan, l’Europe secoua le joug des pouvoirs autoritaires d’où surgirent  de nouvelles identités.

         Les peuples trouvent toujours ce dont ils ont besoin, quitte à détourner le sens des mots au grand ridicule de la censure.

         De William Shakespeare à Molière, eux qui furent les maîtres du double langage, affrontant à la fois les interdits religieux, les mœurs en cours et ménageant la susceptibilité de leur souverain, jusqu’aux auteurs contemporains, la tradition demeure, Sophocle et Aristophane les précédèrent en leur temps, ouvrant la grande lignée ininterrompue des pamphlétaires.

         Les balanceurs d’encensoirs ont du souci à se faire car l’époque ne se prête pas aux thuriféraires lénifiants.

 

                                                                       P.SELOS
........................................................... Paris, le 12 Avril 2016

        Liste des Textes