LE CHAT


Sa Majesté Le Chat vient d’arriver chez nous.
On peut donc affirmer que nous vivons chez lui.
Et c’est en souverain qu’il décide de qui
Il ornera l’épaule ou bien l’un des genoux

Nous sommes devenus ses courtisans soumis.
Et si l’un d’entre nous vient lui manquer d’égard
Il peut ne pas lui faire aumône d’un regard,
Façon de lui montrer son souverain mépris.

Parfois ce roi soleil est en peine de cœur :
Il est possible alors de recouvrer sa grâce
D’une patiente main qui passe et qui repasse
Sur l’échine royale s’étirant de bonheur.

Pour limiter un peu les pouvoirs du monarque,
Point de révolution et point de parlement
Mais quelques gouttes d’eau sur le museau pointant
En des lieux interdits après mille remarques.

Il faut avouer pourtant qu’il est une présence
Et s’il est trop discret, l’inquiétude nous prend
Où est-il ? Que fait donc le Sha In Sha d’Iran,
Descendant de gouttière et de noble naissance ?

Il dort, superbement, ses muscles se détendent ;
Il fait ses provisions de sommeil car la nuit ,
Alors que l’on voudrait ne plus entendre un bruit,
L’ange devient démon et fait la sarabande.

Oui, nous avons craqué pour un chaton noiraud
Donné pour un chat noir bien qu’il soit à rayures
Mais honnit soit celui qui nous ferait l’injure
De vouloir l’acheter pour un monceau d’euros.

.........................................P.SELOS
.........................Paris, le jeudi 16 novembre 2006

 


        Liste des Textes