LE MAL AIMÉ


-

         La DASS, la Direction des Affaires Sanitaires et Sociales, a pour premier critère de sélection des éventuelles familles d’accueil, celui de s’engager à ne pas s’attacher affectivement aux enfants qui y seront placés.

         Alors qu’on vient d’accorder à l’animal de compagnie le statut d’être sensible, en condamnant pénalement tout mauvais traitement à son égare, reconnaissant de ce fait la réalité des liens affectifs réciproques, l’institution supposée dédiée à la protection de l’enfant  restreint son rôle, stricto sensus, aux garanties matérielles, sanitaires et morales, idem dans ses foyers.

         Ces usines « à nourrices », ces agences de placement pour mômes surnuméraires ont l’air d’ignorer totalement le besoin vital  d’amour de ceux qui leur sont confiés ou qu’elles s’arrogent le droit d’extraire du vivier. De points de chutes successifs en consignes provisoires, une telle expérience dominée par l’incertitude constante du lendemain, n’est pas sans laisser une blessure indélébile dans la conscience de l’adulte à venir.

         « J’inscris, tu numérotes, il tamponne, nous consignons, vous orientez, ils classent. »



                                                       P.SELOS
  ...........................................Paris, le 11 Août 2015

        Liste des Textes