LE SIEGE DE LENINGRAD

Neuf cents jours ! Neuf cents nuits !
Le tonnerre des canons, le sifflement des bombes
Et les morts par milliers comme sortis des tombes
Car le sol est trop dur pour qu’ils soient inhumés.

Neuf cents jours ! Neuf cents nuits !
Sous les coups répétés d’un grand marteau pilon
Des pans de murs entiers s’écroulent en poussière
Mais la ville éventrée résiste dans ses caves.

Neuf cents jours ! Neuf cents nuits !
L’ennemi ne sait pas que plus fort que ses armes
L’amour de la Patrie est la force absolue
Et la rage de vivre fait un peuple invaincu.

Neuf cents jours ! Neuf cents nuits !
Et la faim qui tenaille.
Et tout sera mangé
De qui peut l’être encore
Sous les crocs de l’hiver qui congèle les corps.

Neuf cents jours ! Neuf cents nuits !
Les étés passeront sous des ciels sans oiseau.
Les arbres de la ville ont fini dans les cendres
Mais ils en renaîtront !

Neuf cents jours ! Neuf cents nuits !
Voici que l’assaillant incrédule vient d’entendre
Monter du Grand Théâtre comme une symphonie.
C’est la Septième de Dimitri Chostakovich.
C’est ainsi qu’en Russie le courage s’affiche.

Neuf cents jours ! Neuf cents nuits !
Ils tiendront jusqu’au bout, au-delà du possible !
Ne les oublie jamais devant l’adversité :
Neuf cents jours ! Neuf cents nuits !

                                                                  ......................................P.SELOS


        Liste des Textes