LUC

Il s’est donné la mort,
Il avait tout prévu
Et je n’ai rien pu faire.
J’en ai le cœur béant.
Comme tout être aimé
Il est irremplaçable.

Je continue à vivre
Pour les autres et pour moi.
Toute plaie refermée
Laisse une cicatrice.
L’oubli n’existe pas
De ceux qu’on a aimés.

Je sais que maintenant,
Lors de certaines fêtes,
Son absence sera
Visible à notre table
Et pour un court instant,
Profitant du silence,
Un ange passera.

Il n’avait pas mon sang,
Il n’avait pas ma chair
Mais il était un peu
Mon fils et moi son père
Car il m’avait choisi.
Avec lui j’ai perdu  
Comme une part de moi.


                                     P.SELOS,
                               Paris, Avril 2013.....


        Liste des Textes