L’ABATTAGE ANIMAL


-

         Lié aussi aux conditions d’élevage, l’abattage des animaux, est la honte de notre société. C’est d’autant plus inexcusable que nous possédons toutes les techniques pour y remédier.

         Qui donc nous en empêche ?

         La cupidité d’un système où la rentabilité prime sur l’étique.

         Ce n’est pas la consommation de la viande qu’il faut combattre mais les tares d’un capitalisme toujours insatiable.

         Ceux qui prétendent remplacer les protéines d’un régime carné  par celles des végétaux ignorent qu’elles ne sont pas substituables car elles sont de nature différente.

         Un diététicien honnête vous le confirmera.

         Si j’évoque ici l’honnêteté, c’est que, dans cette controverse, on franchit très vite des limites sectaires.

         Tout pédiatre est en mesure de constater les carences que provoque un tel régime, à plus forte raison chez les végétaliens purs et durs.

         Malheureusement, l’enfant relève du statut de la propriété privée.

         Il ne serait pas superflu de revoir la définition inhérente à la notion de mauvais traitement.

         De toute humanité, on a chassé ou développé l’élevage, en symbiose avec les ressources agricoles.

         Comme mes ancêtres, je suis un omnivore.

 

                                                                P.SELOS
.................................................... Paris, le 11 Juin 2016

        Liste des Textes