MERCI AUX INCULTES



-

         Nous devrions nous faire un devoir de réparer une injustice. Laquelle ? Celle faite aux badigeonneurs de fresques auxquels nous devons de les avoir sauvées.

         Combien de sites historiques ont conservé leurs trésors iconographiques grâce aux initiatives des particuliers soucieux de suivre les modes.

         Merci aussi à la présence de la soldatesque encasernée un temps dans ces mêmes lieux.

         Que seraient devenus les merveilleux décors d’oiseaux et de plantes multicolores de certaines pièces du palais des papes d’Avignon ?

         Dans les sacristies et églises de campagne, le chaulage extérieur et parfois intérieur s’est beaucoup pratiqué dans les régions à fort ensoleillement. On en trouve des exemples notamment en Corse et au Pays Basque. La remise en valeur du patrimoine local tend à les remettre en l’état, en redécouvrant sous les plâtres et enduits, les illustrations originales qui servaient à l’édification des fidèles.

         En complément de la statuaire, il fallait frapper l’imagination d’une majorité d’illettrés, situation qui perdura jusqu’au début du vingtième siècle.

         L’almanach qui prodiguait des conseils pratiques en agriculture, complétés de dictons, d’historiettes et de biographies succinctes des saints, fut longtemps la seule littérature de la ruralité.

         Il  ne tient parfois à pas grand-chose qu’une culture perdure ou disparaisse.

         Mais n’est-elle pas déjà considérée comme la cinquième roue du carrosse ?  

                                                                      P.SELOS
............................................................ Paris, le 6 Juin 2016

        Liste des Textes