NOBLESSE OBLIGE

Voyez ces faucons déplumés
Qui rêvent sur leur nid de pierre
Et qui protègent leur misère
Sous leurs murailles écroulées.
Les forêts de Monsieur le Comte
Ont vécu le temps des chasseurs,
Il y passe des laboureurs ;
Il faut vivre, c’est ça qui compte.
Noblesse oblige !

Le pont qui saute les fossés
Cherche vainement son image
Au fond des douves desséchées,
Le temps n’est plus des équipages.
Pourtant l’on salue bassement
Quand il passe dans le village
Monsieur le Comte qui descend
De sa colline et d’un autre âge.
Noblesse oblige !

Un des fils est mort à la guerre
Comme le veut la tradition,
En gants blancs comme un mousquetaire
A la tête d’un escadron ! Taïau !
Les bûcherons, avec l’automne,
Coupent les arbres du château ;
Que les ancêtres leur pardonnent,
Il faut bien se chauffer les os !
Noblesse oblige !

Et l’on vivote et l’on survit,
Le roy n’est plus ! Le roy se meurt !
Et l’on cache aux manants d’ici
Ses bas soucis de grand seigneur.
Histoire banale et ridicule
Pour ceux qui n’ont pas de blason
Mais quand on a la particule,
On sait l’honneur et les façons.
Noblesse oblige !

Un jour, les de La Branche Morte
Partiront sans voir le printemps
En laissant la clef sur la porte
Et leur fantôme sur l’étang.
Un caveau dans le cimetière
Et par les anciennes allées
Qui mèneront aux vieilles pierres,
Comme un regret d’avoir été.
Noblesse oblige !


                         ..........   P. SELOS                               ......

        Liste des Textes