NÔEL

Le petit d’homme,
A quatre pattes,
Déchire frénétiquement
Le papier des paquets cadeaux.

Ses parents le regardent faire,
Serrés qu’ils sont,
L’un contre l’autre,
Sous une vague de tendresse.

Et voici que surgit joyeux
Des basses branches du sapin
Une arme en plastique à la main,
Leur ange dont les yeux, soudain,
Brillent d’une étrange lumière.

Papa est fier de son fiston.
Il se voit déjà dans dix ans
Tous les deux dans un club de tir
Car bon sang ne saurait mentir.

Maman couve son petit mâle
Qu’elle emmène chaque semaine
Pour aller voir le psychologue
Suite à de subites colères.

Un peu violent mais si gentil
Dit la grand’mère de Little John
Il n’est pas pire que tous les autres
Qui feront tous de bons Yankees.

 

P.SELOS
                   Paris, 27 novembre 2013         ......


        Liste des Textes