PRÉVENTION ROUTIÈRE


-

         La Prévention Routière vient d’entreprendre une campagne de sensibilisation d’un nouveau genre.

         Ça n’est pas la première fois qu’elle insiste sur le côté morbide des choses mais elle y ajoute un nouvel élément qui majore le traumatisme psychologique des survivants ou de ceux ayant laissé reprendre le volant à des individus en état alcoolique avancé : la culpabilité

         Le climat dramatique des situations est exploité au maximum.

         Depuis la petite fille qui guette le retour impossible de son papa, à celui qui réécoute régulièrement la voix de sa femme sur la messagerie de son téléphone, on est en plein pathos de bas étage qui frise le misérabilisme.

         Le jour où les fabriquants de tas de taule à roulettes produiront des voitures qui ne soient pas des incitations à franchir les limitations de vitesse, il y a de fortes chances qu’on verra  baisser la mortalité.

         Conscient des conséquences secondaires qui s’en suivent, la Prévention Routière a créé son service après vente, du genre « allo consolation ! J’écoute ! ».

         Dans un pays où la moindre catastrophe suscite la mise en place d’une cellule de crise, force est de constater que la mort n’a pas l’air de faire partie de la réalité, surtout celle des autres.

         On trouve maintenant des cercueils pas chers dans certaines grandes surfaces.

 

                                                                       P.SELOS
........................................................ Paris, le 10 février 2016

        Liste des Textes