RÉSONANCE



-

La plainte intemporelle d’un violon yddish
Est un arrache-cœur.
Je n’en trouve un écho que lorsque Miles Davis
Fait pleurer sa  trompette.
La voix de Piaf aussi, oiseau écorché vif,
Nous crucifiait souvent,
Nous donnant d’autant plus qu’elle n’avait rien reçu
Des amours éphémères.
Je me souviens encor dans les ports d’autrefois
Par les soirs de brouillard
D’avoir senti mon âme entrer en résonance
D’une corne de brume.
Les cordes d’un piano vibrent en sympathie
Sans qu’un marteau les touche.
Qui me dira pourquoi au son de la kora
J’entends toute l’Afrique ?
Que la moindre guitare, au tout premier accord,
Me parle de voyages ?
Et ces palpitations qui nous coupaient le souffle
Quand nous nous rencontrâmes …
Il parait qu’on écoute aux radiotélescopes
La musique des sphères.
C’était ce dont rêvait Pythagore de Samos
En observant la nuit.

Tout n’est que mélodie à qui veut bien entendre
Et s’en donner le temps.

..........................................P.SELOS
..........................Paris, le 11 Décembre 2013

 


        Liste des Textes