RONDEAU


Ce rondeau, il sera le nôtre
Car il s’agit de toi et moi.
Notre amitié intemporelle
A fait son nid dans ce poème
Nul n’y viendra faire le coucou.

Ce qui nous lie est si profond
Que les rencontres de passage
S’éloigneront à tire d’aile
En plein hiver. 

Notre passé est à nous seul
Comme nos saisons à venir.
Notre porte ne sera close
Qu’aux prédateurs des âmes simples
Qui sont avides de pouvoir.

On s’aime depuis si longtemps
Dans cette étrange synchronie
Que j’en ai perdu la mémoire.

P. SELOS
Paris, le 22 mai 2013

        Liste des Textes