SOUS LE REGARD DES AUTRES



            À partir du nombre deux, nous vivons tous sous le regard des autres. Il y a le moi, le surmoi et ce troisième individu perçu par ses semblables  et qui nous est totalement inconnu.

            Nous serions étonnés par cette sorte d’aura, positive ou non, dont on nous affuble et dont nous n’avons pas conscience. Notre image alors est aussi diverse, via le prisme des sensibilités des personnalités qui nous jaugent.

            Amitiés et inimitiés en résultent et ne sont pas forcément liées à nos comportements. Les défauts qui nous sont attribués ont généralement des conséquences limitées.

            Mais il arrive que nous soyons pris, à notre insu, pour modèle.

            Cette empathie, motivée par la recherche de l’autre, trouve sa source dans l’interprétation qu’il fait de nos capacités physiques et intellectuelles, considérées comme constructives.

            Certains nous en font part et notre étonnement est grand car il est des destins qui en sont modifiés.

            Ce n’est pas le cas dans une relation éducative, qu’elle soit parentale ou institutionnelle. Il s’agit avant tout d’un rôle lié à une démarche : dans l’idéal, celle de transmettre des connaissances et des repères éthiques dans la perspective d’une intégration à une vie sociale, sans préjuger du résultat.

            Seule une île déserte peut nous garantir la neutralité et l’absence d’interférences à l’égard de quiconque.

            C’est l’histoire de Robinson avant l’arrivée de Vendredi.
                                  

................................                      P.SELOS
........................................... Paris, le 6 Avril 2015

        Liste des Textes