SUPPOPUB


-

                  En matière de publicités, en dire le plus en un minimum de temps et répéter le tout à satiété ne nous donne qu’une envie : se les mettre où je pense.

          « Times is money » Mais pour qui ?

         Qu’elle parait lointaine l’époque de la réclame !  Le publicitaire prenait la peine de vous convaincre de la nécessité d’user de son produit. Il y ajoutait bien souvent un commentaire soutenu par le pastiche d’une chanson à succès ou d’une composition originale comme pour le Pastis 51, le Dubonnet des tunnels du métro et celles du  Yabon Banania.

         Alcool et colonialisme faisaient alors bon ménage …

         L’avilissement du paysage des entrées de ville dont les zones commerciales semblent ne jamais finir, véritables cauchemars des
auto stoppeurs, relève de la pollution visuelle. Idem à la sortie !

         Tout pour la bagnole, elle-même exclue des centres villes au bénéfice des rues piétonnes défigurées.

         Surconsommer en s’en faisant une idée du bonheur ne peut qu’engendrer une insatisfaction perpétuelle.

         Qui n’a jamais mis les pieds un samedi dans une « grande surface » ne saisira jamais l’ampleur du phénomène. Ajoutez à cela la promenade du dimanche dans les galeries marchandes et vous n’aurez plus rien à ajouter au tableau.
        
........ Pauvre Doisneau ! Tes gamins de Paris ont déserté la rue. Ils sont restés au nid, la tête plongée dans leurs jeux vidéo.

 

                                                                     P.SELOS
........................................................ Paris, le 12 Janvier 2016

        Liste des Textes