SUPPORTERS ABRUTIS


-

                  Dans les sports collectifs, la palme des supporters les plus abrutis revient, en l’occurrence, au football. Les stades y sont des lieux de défoulement de haines irraisonnées, de violences refoulées qui sont l’expression d’une catharsis due à l’insatisfaction des individus concernés par rapport à leur situation.

         Cette catégorie a tendance à se perpétuer de père en fils, preuve, s’il en fallait une, de la primauté du milieu familial, sauf exception, quant au maintien des catégories socioculturelles.

         Le stade, aujourd’hui, a pris la relève des arènes du cirque romain. Il arrive même que, parfois, le sang y coule.

         Les joueurs, eux non plus, ne sont pas épargnés par cette agressivité. Les rémunérations scandaleuses dont ils bénéficient jouent en leur défaveur quand leurs prestations déçoivent. Le prix élevé des places ajoute encore à l’exaspération. Le fond sonore a des relents de meeting historiques à Nüremberg.

         Et çe ne sont pas les quelques matchs à caractère caritatif, témoignages de fraternité au compte-goutte, qui rétabliront l’équilibre.

         Du foot amateur aux plus grands clubs, ces phénomènes se répètent. Mais le paroxysme  est atteint dans les compétitions internationales. Les politiques s’en mêlent. C’est une affaire d’état.

         Pourquoi ne pas en revenir au temps des ordalies pour régler les conflits ? Ça coûterait moins cher et ça ferait aussi moins de morts.

Cependant, prôner une telle solution obligerait son initiateur à prendre, dans l’instant, des dispositions concernant ses obsèques.

 

...    ...                                                   P.SELOS
..............................................Paris, le 20 Septembre 2015

        Liste des Textes