TRANSPORTS

 

Le Train à Grande Vitesse
Quand il longe un village,
C’est caché par un mur de parois antibruit
Escamoteur d’images
Ou bien dans sa tranchée,
Qu'il avale les rails
Et les rares moments d’horizon dégagé,
Les choses entrevues semblent s’enfuir au loin.

C’est pareil en avion.
Fini les paysages !
On nous embarque à bord.
On nous dépose ailleurs.
Avant d’avoir le temps
D’oublier derrière nous
Notre vie quotidienne.
Nous laissons dans le ciel le signe provisoire
D’un parcours dépourvu
De point de repérage,
Dans un tube géant aux rangs de solitude.

Celui qui vient chercher un échange authentique
Est reçu bras ouverts par des sourires marchands.
Ils ont fait du pays un parc de loisirs.
Il faudra revenir hors des « circuits battus »
Pour faire de vraies rencontres d’homme à homme,
D’âme à âme.
J’ai parcouru la France sur tous ses autoroutes, vantant par des panneaux des sites invisibles.

Au-dessus du tunnel sous la Manche, il parait qu’il y a la mer ….


                                                            P.SELOS,
                                                   Paris, Octobre 2012

        Liste des Textes