UNE ÉMOTION TARDIVE.


-

                  Nos hommes politiques, de la gauche à la droite, viennent de découvrir le cimetière marin de Méditerranée. Avant qu’une actualité ne chasse l’autre et que la sensiblerie populaire ne refroidisse, le gouvernement annonce courageusement qu’il est prêt à accueillir entre vingt à trente milles réfugiés. Attention ! Pas n’importe lesquels mais des syriens.

         Fi des noirs qui feraient « tâche ». Les prétendues attaches chrétiennes du Front National vont faire que les hosties seront dures à avaler.

         À remarquer que la photo n’est pas celle d’un vieillard car il en meurt aussi mais ça n’est pas porteur. Un enfant c’est attendrissant dans la masse qu’on massacre sous les bombes dans l’indifférence générale.

         Pour une fois, un cadavre de gamin vole l’actualité aux destructions des sites antiques.

         Grosse colère soudaine ! Avant de frapper « l’émirat sanglant », on va faire des vols de reconnaissance, comme si on n’en savait rien. Les satellites sont-ils obsolètes ? Les drones y vont-ils à l’aveuglette ?

         Irak et Syrie confondues la surface concernée équivaut à celle du Royaume Uni mais la majorité de ce territoire est désertique. Coupez-lui les vivres et s’en est fini.

         Qui a de bonnes raisons à maintenir la chose en l’état ?

         Vous verrez qu’on finira, un jour prochain, à trouver Monsieur Bachar el Hassad  tout à fait fréquentable.

                                          
........................................................         P.SELOS
                                                   Paris, le 8 Septembre 2015

        Liste des Textes