UN OLYMPE SOCIALISTE



LE MONT BEUVRAY altitude 821 mètres

         Par comparaison, l’Olympe grec culmine à 2818 mètres.

         À défaut des dieux, ceux qui font l’ascension du Beuvray y retrouvent-ils la présence du Grand François ?

         Anciens et nouveaux, en mettant leurs pieds dans les pas de leur maître à penser, viennent chercher une sorte d’onction pour légitimer leurs prétentions à prendre la relève.

         Apparemment, ils en sont tous dignes car aucun n’y a été foudroyé pour sacrilège.

         Il faut dire qu’ils n’ont peur de rien.

         Les Eduens, en bons gaulois qu’ils étaient, craignaient, au moins, que le ciel leur tombe sur la tête. Pour le reste, ils étaient combatifs et n’hésitaient pas à s’opposer à César.

         Les marcheurs qui cheminent sur le sentier qui mène à l’oppidum de Bibracte n’ont pas l’air d’y gagner la même énergie. Une fois redescendus dans la plaine, comme dit la chanson, les glaives s’émoussent et les velléités à changer les choses s’estompent.

         Incarner un symbole, pour lui donner vie, est une vertu qui n’a plus cours.

         La gravité de certains mots, vidée de son sens initial, subit aujourd’hui le même sort.

         Le pèlerin médiéval qui revenait de Saint Jacques ou de Jérusalem  n’en était pas, obligatoirement, profondément transformé. Il accomplissait un rituel dont il ne saisissait pas souvent la porté.

         C’est si vrai qu’il payait parfois quelqu’un pour s’y rendre à sa place.

 

                                                                                             P.SELOS
................................................................................. Paris le 10 Juin 2016

        Liste des Textes