UN RAYON VERS L'INFINI

...........Ainsi peut-on nommer ce qui relève du champ de l’inexplicable. Depuis la nuit des temps, dès l’avènement d’une conscience individuelle au sortir de l’animalité, l’être humain n’échappe pas à ce questionnement.

.......... Cette "quête du Graal" traverse l’Histoire. Trouver la clef taraude les esprits. C’est une source d’angoisse ou de créativité de l’imaginaire. Tous les modes d’expression s’en nourrissent. Dans cette démarche, ça n’est plus tellement la réponse qui prévaut mais le constat d’un enrichissement progressif conduisant à la découverte de soi.

.......... Il s’agit pour moi de l’accomplissement d’un voyage dont j’ignore heureusement la durée. Sur mon parcours, j’ai rencontré et je rencontre encore d’autres affamés d’absolu. Dans ce monde de froidure matérialiste, il n’est pas de meilleurs  feux que ceux de l’amitié. A contrario de ceux qui se haïssent parce qu’ils prétendent connaître des réponses qui les opposent, la fraternité des chercheurs de lumière n’est pas un vain mot. Tous les chemins sont bons s’ils mènent au cœur de l’homme. C’est la raison de vivre du poète quand il accepte de la partager. Seul, je ne suis rien. C’est par le regard de l’autre que j’existe, comme l’œuvre d’art et son créateur.

...........S’il m’est une certitude, c’est celle de ne jamais accéder à la révélation. Y- en a-t-il une d’ailleurs ? Peu m’importe !  Quel sens aurait ma pérégrination pour le seul objet d’atteindre au but ? Je conçois que ce raisonnement échappe aux dépendants du consumérisme à outrance. Il est vrai qu’à l’instar de beaucoup de mes semblables, j’aurais pu prendre une autre voie en me rendant au supermarché des idées toutes prêtes "Au Bonheur des Âmes". Au rayon philosophies et religions, c’est bien le diable si je n’eusse trouvé un prêt-à-penser avec réponse incluse. Mais telle n’est pas ma nature. Il y a plaisir à prendre des sentiers de traverse au risque de s’égarer mais sans lesquels l’aventure nous serait inconnue. Je n’ai jamais conçu ma vie autrement. J’ai payé le prix de cette liberté par de nombreux revers de fortune mais je n’ai rien perdu au change, au contraire. Je m’ennuie à suivre les lignes droites. J’ai une préférence pour  « les petits chemins qui sentent la noisette… »

...........Faire une place à la dimension métaphysique ne conduit pas obligatoirement à l’ascèse ni à la misanthropie. Ces genres d’artéfacts me sont totalement étrangers. Je revendique mon appartenance à ce monde et c’est lui qui induit en retour mes modes de pensées.  Tout comme moi, mes compagnons de route portent en chacun d’eux leur propre mystère dont il faut garder impérativement une part secrète pour ne pas cesser d’être. Cette identité est la chose la plus précieuse qui soit. C’est le vrai rempart contre le formatage des cerveaux et les tentatives de lobotomisation au profit des idées dominantes.  
                         
...........Un jour, j’ai fait un rêve qu’on appelle éveillé. Je n’étais pas seul. Un silence dense m’enveloppait. C’était comme la fraîcheur d’une église, à l’aplomb d’un soleil d’été. Les autres sont restés sur le seuil. Alors j’ai vu mon dénuement face au savoir. J’étais au point central d’une étoile symbolique dont chaque rayon était comme un couloir menant vers l’infini. Les murs en étaient couverts de tous les contenants de la connaissance, du moins, le croyais-je, quand, sur l’instant, j’eus la révélation qu’il ne s’agissait que des œuvres à venir.

...........Je ne peux formuler qu’un vœu : Que le mystère reste entier.              

. .............................................................................................. .............................................................P. SELOS


Paru dans Les Cahiers du Sens - 2012
Editions du Nouvel Athanor
Thème général le "Mystère"

        Liste des Textes