MON AMOUR

.............


Je connais tes ravins, tes sources et tes ombres,
J'ai fait plier ton corps, le courbant sous mes doigts
Et cet arc a vibré jusqu'au cœur de son bois
Quand je sentais alors sa fibre me répondre ;
Mon amour !

Et je t'ai parcouru pour finir sur tes lèvres
Lorsque ta peau brûlait de l'ambre des étés,
Mais, à cette fontaine où j'allais m'abreuver
Cette fraîcheur humide, à ma soif, était vaine.
Mon amour !

Je peux, les yeux fermés, te refaire en l'espace
Car j'ai le souvenir des vallées et des monts
Et je te sais depuis les cheveux aux talons
Comme un pêcheur connaît les écueils et les passes,
Mon amour !

En ton regard taillé dans une aigue marine
J'aime à voir se troubler le bleu-vert de son eau
Quand mes mains descendant ton corps tel un ruisseau
Vont s'arrêter enfin en de tièdes abîmes,
Mon amour !

Je suis comme l'enfant des sorties du dimanche ;
Je ne me lasse pas de refaire le chemin
De la nuque à l'épaule et la vague des reins,
Des jambes en fuseau à l'amphore de tes hanches,
Mon amour !

Les paumes de mes mains ont gardé la mémoire
D'une vasque allanguie, au milieu d'un jardin,
Prenant en se creusant la forme de tes seins,
Et c’'est comme un Rodin et c’est comme un Renoir.
Mon amour !

                            
                                                          P.SELOS

                                      

Liste des Textes